Ce soir, j'ai rendez-vous.

Ce soir, j'ai rendez-vous. Rien que d'y penser, je rougis. Pas de cette rougeur de honte, non. Celle de l'excitation joyeuse. Hâte d'y être, tout en savourant l'attente. Une rougeur presque rose et timide. De celles qui donnent bonne mine. Un sourire profondément ancré sur les lèvres, aujourd'hui rien ne peut m'arriver. Même si tout le monde semble s'être donné le mot pour me casser les pieds. Ce soir, j'ai rendez-vous et rien ne pourra l'empêcher. Alors patiemment, je dénoue les contrariétés que l'on met sur ma voie. Rêvant déjà à ce qui se passera ce soir.
La journée est enfin terminée. Le temps défilait vite ce matin, puis lentement alors qu'arrivait l'échéance. Je trépignais sur place comme une gamine impatiente. Je me forçais à me calmer. L'heure viendrait bien assez tôt. Laisse le temps à son rythme et suis son tempo.
Rentrée chez moi, au lieu d'envoyer mes chaussures valser, je les range précautionneusement. Je retire ma veste que je pends immédiatement, elle ne sera pas oubliée sur le dossier du canapé, ce soir. Pas de goûter éclair, je m'asseois. Je prends mon temps. Je beurre consciencieusement ma tartine. Prépare mon thé dans les règles de l'art. Respiration profonde. Le liquide chatouille mes papilles. Soupir de satisfaction. Par la fenêtre, un oiseau me dit que j'ai raison. Je plonge dans un bouquin, le temps de la digestion. Ça faisait longtemps. Nue, je me déplace dans l'appartement. Me glisse sous la douche. L'eau chaude délivre mon corps. J'y reste longtemps. Me savonne avec le gel douche à la vanille. Celui que je réserve aux grandes occasions. Je baigne dans mon océan de douceur. Pour une fois, elle ne m'effraie pas. Je traîne un peu, profitant encore quelques secondes du jet bouillant. Puis, en souriant : douche écossaise. Je tourne le robinet. Et je hurle en rigolant. Revigorée, je sors de la cabine. Enveloppée dans mon draps de bain, j'attends patiemment que la chaleur de la salle d'eau chasse les gouttes de ma peau. Ma paume efface la buée sur le miroir. À peine le temps de me sourire, sereine, que mon image se trouble à nouveau, moiteur du lieu oblige. Ma bouche s'étire de plus belle, découvrant mes dents. Aujourd'hui, j'ai rendez-vous. De bonne humeur, un rien m'amuse. J'aime l'air frais qui hérisse mon poil dans un courant d'air, lorsque j'ouvre la porte. Je m'asseois sur une chaise dans le salon et m'enduis d'huile alors que je ne suis pas tout à fait séchée. Mes doigts glissent tout seuls. Ils connaissent la partition. Le liquide pénètre ma peau. Je me détends enfin. Ma prise se fait plus appuyée au fur et à mesure des va-et-vient. Mes mains dénouent les tensions. Elles connaissent le chemin.
Ce soir, j'avais rendez-vous...
Je me promis de revenir bientôt.



Commentaires