Serf, ouvre-moi...

Ça y est
Je me suis laissé prendre
Ils m'ont eue
Les salauds !

Enfermée dans une cellule
Je tourne folle
Et en rond
On me le paiera
Rendez-moi ma liberté 
Ma voix se meurt en prison
La lourde porte a été verrouillée
À croire qu'elle ne s'ouvrira plus

Les mois passent et se ressemblent
Parfois j'ai presque l'illusion
D'être libre
Ils sont forts
Pour faire croire
Aux choses qui n'existent pas 

Je hurle que l'on me délivre
Je promets mille compensations
Je paierais, juré !
Mes cris rebondissent contre les murs
Qui ensanglantent mes poings impuissants
Mes ongles s'abîment grattant la serrure 
Je tape contre les barreaux
Je m'échine encore contre le néant 

J'ignorais alors
Une chose malheureusement
La clef
C'est moi qui la détenait…




Commentaires