Comme une bouteille à l'amer

"Viens, on se voit ? On prend un hôtel, un truc. Tu me fouettes, tu me tringles et on finit par un café."

Il avait failli renverser le sien à la lecture du texto.
"Ça va ?"
Son collègue s'inquiétait. Il devait faire une tête bizarre. En temps de covid, il ne faisait pas bon de ne pas avoir l'air bien portant. Déjà que ne pas être malade était suspect.
Il l'envoya paître gentiment pour pouvoir relire les mots tranquillement. Il avait bien vu. Pas inventé. C'était vraiment bien ce qu'il y avait d'écrit.
Il l'imagina, avait-elle vu qu'il avait vu ? Il ne pouvait pas simplement lui lâcher un vu. Mais il n'arrivait pas à lui répondre non plus.
Regrettait-elle son message aussitôt envoyé ? Attendait-elle en pianotant sur une table, ses ongles longs au diapason de son cœur ? S'énervait-elle toute seule ?
Il la voyait se traiter de petite conne, esclave de sa chatte. Il sourit, attendri. Bien sûr qu'il avait envie de la fouetter à ce moment-là. Mais bon, il craignait aussi... Il n'arrivait pas à y mettre de mots, un comble pour un grand orateur comme lui. Il appelerait ça les conséquences.

Comme si elle avait lu dans ses pensées, elle avait ajouté.
"Au diable la raison ! On réfléchira plus tard."

En filigrane : dis oui, s'il te plaît.
Il avait encore plus la trouille. Ils allaient se faire mal. Sans doute, très mal. Il sentait toute son urgence derrière ses mots. Elle était incapable de le supplier, foutue fierté. Mais ça y ressemblait beaucoup. Ça ne lui dit rien qui vaille. Ses doigts répondirent pourtant.

"Après-demain, 17 h ? Je m'occupe de tout."

Il hésita encore avant d'envoyer. Voulant tout effacer, son pouce ripa. Message distribué.


Commentaires